4.3  La cuisine

 

Les mordus de l'ultraléger ne prennent ni popote ni réchaud et mangent froid. C'est vrai que l'on économise ainsi au moins 350gr, souvent plus, mais, en ce qui me concerne, il s'agit d'une concession que je ne suis pas (encore) prêt à faire sur les longs parcours: comme je l'ai déjà dit, le confort fait partie de l'endurance et j'ai besoin de manger chaud une fois dans la journée. Par contre, sur des sorties de quelques jours en été, pourquoi ne pas oublier le réchaud?

 

Donc, pour manger chaud, il faut du carburant et un réchaud. Les choix possible sont le bois, le gaz, l'essence ou kérosène, l'alcool à brûler ou l'alcool solidifié.

 

En fait, je ne considère pas le bois comme un carburant pour un marcheur, sauf pour le plaisir d'un feu de camp de temps en temps. En effet il faut d'abord trouver du bois sec, ce qui n'est pas toujours possible ou facile, il faut l'enflammer, ce qui requiert beaucoup de savoir-faire ou des allume-feux, c'est lent, impossible par mauvais temps et bien évidemment sous la tente et c'est souvent interdit. Par ailleurs, cuisiner sur un feu de bois ouvert est assez délicat: il faut donc transporter un réchaud à bois et même s'il en existe d'excellent en titane à doubles parois, c'est encore 200-300gr de plus.

 

L'essence ou kérosène sont des options utiles, mais plutôt réservées à des voyages lointains où seul ces carburants sont trouvables. En effet, s'ils sont très efficaces, les réchauds à multi carburants liquides, type Optimus ou MSR, sont lourds (vers 350-450gr) et exigent des gourdes métalliques également lourdes pour le carburant. De plus leur maniement provoque toujours une odeur d'essence qui devient vite envahissante.

 

Restent donc le gaz et l'alcool sous forme liquide ou en tablettes qui se départagent en fonction de vos critères de poids et de facilité d'emploi, détaillés dans le tableau ci-dessous. Pour ma part, je considère aussi qu'un réchaud doit être utilisable sous la tente (ou l'auvent) en cas de mauvais temps car c'est justement à ce moment là qu'on en a le plus besoin sans pouvoir/vouloir aller dehors.

 

                 

 

 

temps de chauffe pour 1 litre

gaz

alcool

Esbit

       
 

à 85°

5'10mn

8-10mn

14'30mn

       
 

à 100°

6mn

12-14mn

18mn

       

 

 

L'esbit est  toujours le plus léger mais c'est aussi le plus lent: près d'un quart d'heure, dans de bonnes conditions, pour faire chauffer un litre d'eau à 85°; s'il y a du vent, cela peut s'avérer impossible car il est particulièrement sensible aux courants d'air. Il est possible d'utiliser de l'esbit dans une tente à condition de placer un support bien isolant dessous, mais ce n'est pas très prudent car il n'est pas facile à éteindre rapidement en cas d'incident.

 

L'alcool à brûler est très populaire aux USA car il se trouve partout, contrairement aux cartouches de gaz, ne sent rien et il permet de moduler exactement la charge emportée aux besoins de l'étape. Par contre, il est assez lent, 8-10mn pour 1 litre à 85°, sensible au vent et très fortement déconseillé pour un usage sous la tente (les poids de matériel que j'indique pour l'alcool sont ceux d'un équipement solide: on peut faire moins lourd).

 

Le gaz est de loin le plus rapide, le plus souple d'emploi, le plus propre et le seul qui puisse raisonnablement être employé sous la tente (avec beaucoup d'attention tout de même). La cartouche de 230gr de gaz possède un meilleur ration gaz/métal que celle de 100gr. On trouve des réchauds d'environ 65-85gr et d'autres un peu plus lourds qui permettent d'utiliser des cartouches butagaz et des cartouches à vis, seules utilisées hors de France. Il faut acheter sa popote avant le réchaud pour ensuite choisir le réchaud en fonction de la largeur de la popote: les brûleurs ont une flamme plus ou moins large qui doit être adaptée au fond de la popote, sinon on perd de la chaleur et, sous la tente, on risque l'accident.

 

Les fabricants proposent maintenant des combis réchauds à gaz avec popote isolée en vantant leur rapidité: il est exact que le temps d'ébullition peut être divisé par presque deux, mais cette isolation a un poids supplémentaire d'environ 230gr avec une popote d'un litre... c'est à dire le poids du gaz économisé! Opération à somme nulle donc, qui n'est intéressante que pour gagner 2-3mn le soir ou, surtout, en cas de gros froid et/ou de neige à faire fondre.

 

 

 

 

Réchauds

gaz seul

cartouche 100/230gr

liquide

tablette 4gr

     
 

bruleur

85

 

20

12

     
 

pare-vent

 

 

14

14

     
 

bouteille

 

 

31

 

     
 

support

 

 

20

 

     
 

total

85

 

85

26

     
 

tous les poids en gr

 

carburant par litre

15,00

 

35,00

28,00

poids total

       

 

 

gaz

alcool

Esbit

1

jour * 1,5 litres

22,50

205

52,50

42,00

290,00

137,50

68,00

2

jours * 1,5 litres

45,00

205

105,00

84,00

290,00

190,00

110,00

3

jours * 1,5 litres

67,50

205

157,50

126,00

290,00

242,50

152,00

4

jours * 1,5 litres

90,00

205

210,00

168,00

290,00

295,00

194,00

5

jours * 1,5 litres

112,50

390

262,50

210,00

475,00

347,50

236,00

6

jours * 1,5 litres

135,00

390

315,00

252,00

475,00

400,00

278,00

7

jours * 1,5 litres

157,50

390

367,50

294,00

475,00

452,50

320,00

8

jours * 1,5 litres

180,00

390

420,00

336,00

475,00

505,00

362,00

9

jours * 1,5 litres

202,50

390

472,50

378,00

475,00

557,50

404,00

10

jours * 1,5 litres

225,00

390

525,00

420,00

475,00

610,00

446,00

 

 

 

La popote doit contenir au moins 0,6 litres par personne. Le titane est le meilleur matériau possible car léger, solide, inaltérable, peu conducteur thermiquement (on se brule pas les lèvres ou les doigts!) et sans goût, mais cher. Les meilleurs popotes de 0,6l ne pèsent que 100gr. L'alu est une bonne solution de repli bon marché. L'inoxydable me semble hors-jeu car trop lourd. Sans que cela ait beaucoup d'importance, n'oubliez pas que plus une popote est large, mieux elle capte la chaleur du réchaud. Pensez aussi à ce que vous allez mettre dans la popote lors du portage.

 

Ne vous encombrez pas: vous n'avez besoin de presque rien d'autre. Disons:

  • un fonds de bouteille en plastique découpé comme tasse et surtout pour recueillir de l'eau dans les ruisseaux ou sources.
  • une cuillère en plastique incassable
  • un PETIT couteau (ne jouez pas à Rambo). Deejo en fait un très bien de 15gr, le plus léger du marché je crois.
  • deux petits briquets (ils doivent rester secs pour être utilisables).
  • des bouteilles plastiques de récupération pour l'eau (moi, j'aime bien les Tropicana qui ont un goulot large et sont indestructibles, sinon, n'importe quelle bouteille ayant contenu des sodas à bulles: elles sont solides).
  • une poche à eau de 2 litres pour les bivouacs secs (vide, elle prend moins de place que les bouteilles). Je compte 2 litres minimum pour un bivouac sec pour 0.5l restant au départ le lendemain matin. On peut aussi se laver assez bien avec un gant de toilette et 2 litres d'eau.
  • moi, je prends toujours un sac de congélation d'une contenance d'environ 1 litre qui me sert d'assiette. En effet, je ne cuisine jamais dans la popote, qui ne sert qu'à faire chauffer de l'eau et reste ainsi toujours propre. Ma cuisine consiste à réhydrater des soupes, nouilles, purées, couscous ou lyophilisés dans le sac de congélation. il suffit ensuite de le rincer (boire l'eau de rinçage) et de le fermer en attendant le lendemain. Vive les flemmards!