La nourriture sur le PCT

Le PCT impose 4 jours d'autonomie en moyenne, jusqu'à 9 au maximum. Il faut donc soigneusement planifier ses étapes, le nombre de jours de nourriture à emporter et les boites de ravitaillement à envoyer. Pour cela, je vous propose deux outils dans la section Tactiques/Approvisionnement.

 

Il faut donc penser léger, conservable et... américain (pas de saucisson hélas, ni de bons fromages!).

 

Il est utile de déterminer très tôt vos besoins qui varient, pour les hommes, de 4.000 à 9.000Kcal. Trop perdre de poids condamne à l'abandon par épuisement.

 

On discute beaucoup sur la composition du menu idéal: d'après mon expérience, s'il y a assez de calories, peu de grammes et que vous pouvez l'avaler jour après jour, c'est parfait. De toutes façons, vous en prendrez trop au début et vos goûts évolueront. Il n'est pas inutile de prendre des multi vitamines car le régime PCT manque forcement de produits frais.

 

Personnellement, je fonctionne avec du thé et du muesli ou des biscuits Clifs avec du Nutella le matin, 5 barres de céréales durant la journée, 100gr de noisettes/cacahouètes et 50gr de fromage vers midi et la même chose le soir plus un tout petit peu de viande séchée et un plat chaud (soupe aux nouilles, semoule, purée ou lyophilisé). Prévoyez 2-3 litres d'eau au quotidien, et jusqu'à 6 à 8 litres pour les étapes sèches de 30 à 50Km. Au début, je prennais une soupe aux nouilles à midi, mais j'ai vite arrêté car la digestion en marchant était trop pénible.

 

Les  MUL engagés ne prennent pas de réchaud et se contentent de "Trail mix", mélange d'arachides, céréales, chocolat et sucres. C'est un gros gain de poids, certes, mais je me répète et j'insiste : sur cinq mois, le confort est aussi un élément déterminant de l'endurance: ce qui est amusant 15 jours n'est pas toujours supportable 150 jours. Personnellement, j'ai pris un réchaud à gaz: le bois est trop aléatoire, lent et souvent interdit ; l'alcool est également lent, trop dangereux et inutilisable sous la tente lorsqu'il fait mauvais... alors que c'est à ce moment que l'on voudrait le plus manger chaud! Problème: les cartouches de gaz sont parfois difficiles à trouver.

 

Pour préparer ce travail, j'avais établi le petit tableau suivant mettant en rapport les poids et les valeurs calorifiques:

 

 
 
  Kcal matin   journée   soir  
  pour 100gr cal gr cal gr cal gr
bombons 368 0   0   184 50
Nutella 546 273 50 0   0  
barres 450 0   900 200    
repas chaud* 478 0   0 0 669 140
gruyère 400 0   200 50 200 50
noix / cacahouetes 630 0   504 80 504 80
thé 0 0 5     0  
muesli 540 540 100 0   0  
Jerky, viande séchée 253 0   0   51 20
    813 155 gr 1 604 330 gr
1 608 340 gr
addition froid              
noix / cacahouetes 630 0   189 30 189 30
               
* repas chaud: soupe aux nouilles, purée, semoule ou lyophilisé Mountain House              
  normal     zone froide      
Total journalier Kcal Gr   Kcal Gr    
  4 025 825 gr
  4 403 885 gr
   

 

en pratique, j'ai consommé un peu plus à partir de la 5-6eme semaine, en augmentant surtout la ration de noix/cacahouètes qui est passée à près de 200gr/jour. Méfiez-vous, tout le monde ne supporte pas un tel régime :-)

L'eau

 

 

L'eau est une préoccupation constante sur la presque totalité du PCT. Il est fréquent d'avoir 20Km entre les points d'eau et cette distance peut aller jusqu'à 50km. Il faut donc gérer au mieux ce problème.

 

Pour vous aider, il existe une irremplaçable feuille coopérative qui reprend les indications envoyées par les marcheurs sur chaque point d'eau répertorié. Attention cependant: personne en vérifie ces informations qui peuvent dater de l'année dernière et dépendent de la fiabilité des appréciations des autres marcheurs. Regardez bien la date d'actualisation. Cette feuille va avec les cartes Halfmile qui indiquent les points d'eau.

 

Tous les points d'eau ne sont pas exactement sur le chemin: il faut parfois faire un petit détour et/ou bien examiner l'environnement pour trouver l'eau. Si vous dépassez un point d'eau, n'hésitez pas à faire demi-tour: sauf dans les zones de fonte de la neige, il n'y a pas de points d'eau non indiqués.

 

La quantité d'eau à transporter est très variable en fonction de la longueur du trajet, la température et vos habitudes. Faites vos propres essais. A titre d'indication, j'avais personnellement de 2 à 3 litres sur moi durant la journée et 4 à 5 litres le soir si je devais camper sans eau à proximité. Les poches à eau Platypuss sont en général d'excellentes qualité.

 

Un certain nombre de bonnes âmes, les Trails Angels, mettent aussi en place sur le chemin des réserves d'eau en bouteille (water caches) pour les marcheurs, en particulier en Californie. Faites cependant TRÈS attention: ces réserves sont limitées et peuvent être épuisées en quelques jours, voire quelques heures durant la haute saison. Il serait donc très, très imprudent d'y compter autrement qu'en complément d'un minimum vital que vous transporterez. Par ailleurs, il faut penser aux autres, et ne pas en prélever plus qu'un ou deux litres par personne.

 

Oubliez les gourdes, toujours trop lourdes: une vieille bouteille en plastique avec un bouchon solide fait parfaitement l'affaire: mes bouteilles de Tropicana ont fait tout le PCT. Personnellement, je n'aime pas utiliser une poche à eau avec tube car cela empêche de savoir combien d'eau on consomme et combien il est reste.

 

RESPECTEZ L'EAU EN CHEMIN: il y en a peu, les sources sont fragiles et les marcheurs sont nombreux. Donc:

  • Ne campez pas à moins de 30m d'une rive
  • N'utilisez jamais de savon ou de détergent dans un lac ou une source. Si vous devez laver au savon, prenez de l'eau dans une gamelle et jetez l'eau de rinçage à plus de 30m du lac ou de la source (encore mieux: attendez les points de ravitaillement pour utiliser du savon!).
  • ne rincez pas de gamelle directement dans un lac ou une source: les débris alimentaires restent longtemps dans l'eau froide.
  • Par pitié, faites vos besoins LOIN des sources d'eau!!! 30 m est un minimum absolu.

 

DÉSINFECTEZ: l'eau à beau être cristalline, il y a des animaux (et des hommes) alentours, sans compter les algues bleus ou vertes qui peuvent être dangereuses. Bouillir l'eau est rarement possible, mais vous pouvez utiliser un filtre (le sawyer est très bien mais ne prenez pas le mini qui est trop lent pour un usage régulier), ou bien des désinfectants chimiques (hydrochlorazone, micropur, teinture aqueuse d'iode etc). Avec un filtre, pensez à pré-filtrer l'eau avec un tissu si elle est trouble et prenez avec vous la seringue de nettoyage du filtre qui s'encrasse rapidement.